Un coefficient de végétalisation pour le PLUi de Rennes Métropole
Solutions
verte · bleue

Échelle du projet
Quartier · Ville

Temporalité du projet
Long terme

Climat actuel
Océanique

Climat futur
Méditerranéen

Contact
  • Armelle ECOLAN GUILLIER Chargée d’étude - Service Planification et Etudes Urbaines de Rennes Métropole (a.ecolan@rennesmetropole.fr)
  • Application / SIG : Cédric Briand (ce.briand@rennesmetropole.fr)
  • Gestion des eaux pluviales : Sébastien Legruel (s.legruel@rennesmetropole.fr)
  • Coefficient de végétalisation : Armelle Ecolan-Guillier (a.ecolan@rennesmetropole.fr)

Porteur du projet

Rennes Métropole


Objectifs du Développement Durable

Un coefficient de végétalisation pour le PLUi de Rennes Métropole

Le Plan Local d'Urbanisme intercommunal (PLUi) de Rennes, établi en 2015, prévoit la mise en place d'un coefficient de végétalisation et d'eaux pluviales. L'objectif : améliorer la qualité des surfaces en termes de biodiversité et contribuer au rafraîchissement urbain. Ce coefficient se calcule grâce à la pondération de la nature de la surface renaturée et des services écosystémiques qu'elle peut rendre. Pour connaître la part de végétalisation à respecter sur un terrain et les obligations d'infiltration des eaux de pluie, les communes ou quartiers peuvent utiliser le simulateur de projet ainsi que le formulaire Végét'Eaux qui leur permet d'appuyer leurs demandes d'autorisation d'urbanisme. Par ailleurs, un outil “calculette” a été créé pour accompagner les aménageurs. La métropole de Rennes favorise ainsi le passage à l'action de tous les acteurs de son territoire pour une ville plus verte et solidaire.

Nous avons mis en place, dans le cadre du plan local d’urbanisme, un coefficient de végétalisation. Les promoteurs immobiliers ont l’obligation de garder une bande de 6 m en fond de parcelle en pleine terre. Quand ce n’est pas possible, ils doivent végétaliser la toiture ou la façade. La ville a été découpée en îlots, avec un coefficient de végétalisation à respecter. Il est de 10% à 20% en centre-ville, là où il y a le moins de parcelles de pleine terre, et plus important ailleurs. Ce coefficient se calcule en points. Si vous faites un parking totalement imperméabilisé, vous avez zéro points. Car il faut aussi maintenir l’eau.

Daniel Guillotin, Conseiller municipal à l’écologie urbaine et à la transition énergétique, Rennes

Avant le projet

  • Des sols fortement imperméabilisés qui contribuent à la dégradation de l'environnement urbain ;
  • Un manque d'espaces verts pour répondre aux besoins de la population et pour préserver la biodiversité ;
  • Une absence de politique claire de gestion des eaux pluviales entraînant des risques d'inondation et de pollution.
Avant le projet

Après le projet

  • Une réduction de l'effet d'îlot de chaleur urbain grâce à l'augmentation des surfaces végétales et perméables ;
  • Une amélioration de la qualité de l'air grâce à la réduction de la pollution par la végétation ;
  • La préservation de la biodiversité grâce à la création de nouveaux habitats pour la faune et la flore urbaines.
Après le projet

Solutions réalisées

Végétalisation
Végétalisation

Le Plan Local d'Urbanisme intercommunal de Rennes Métropole exprime la volonté d’augmenter de 17% les espaces classés « zone naturelle et agricole». La métropole souhaite ainsi augmenter la part de végétal et de corridors écologiques sur l’ensemble du territoire métropolitain afin de lutter contre l’érosion de la biodiversité. Les connexions vertes créées favorisent le retour de la faune et la flore et permettent d’accroître les capacités de développement des différentes strates de végétation. La métropole de Rennes a pour ambition de partager une culture commune sur l’arbre en ville (diagnostic partagé de la présence de l’arbre en ville, charte de l’arbre et de la biodiversité, etc.) afin de mieux encadrer les projets des aménageurs et sensibiliser les habitants.

Planter un arbre
Planter un arbre
Solution verte
Gestion des eaux de pluie
Gestion des eaux de pluie

Le PLUi de Rennes Métropole, en intégrant le coefficient de végétalisation, a pour objectif de limiter l'imperméabilisation des sols et de gérer les eaux pluviales à la parcelle en favorisant l'infiltration et les techniques alternatives.

Stockage eau de pluie
Stockage eau de pluie
Solution bleue
Le coefficient de végétalisation
Le coefficient de végétalisation

Le coefficient de végétalisation est un indicateur qui mesure la surface végétalisée d'un terrain par rapport à sa surface totale, avec une pondération en fonction de la nature de la végétalisation et des services écosystémiques qu'elle peut offrir. Il vise à favoriser les surfaces perméables et végétales pour limiter l'imperméabilisation des sols, gérer les eaux pluviales à la parcelle et renforcer la continuité et la diversité de la trame verte, avec un calcul basé sur des critères précis et un outil pour accompagner les aménageurs dans leur application.

Calendrier

Une étude sur la prise en compte de l’îlot de chaleur urbain dans le PLUi, menée en 2015-2016 par Xavier Foissard (LETG Costel), révèle qu’une différence de 5°C à 6°C existe entre le centre-ville et la périphérie de la ville. En se basant sur ces résultats, Rennes Métropole a décidé de multiplier les actions permettant d’atténuer la hausse des températures. L’intégration du coefficient de végétalisation dans le document d’urbanisme de la métropole permet de favoriser la préservation d’espaces de pleine terre et d’îlots verts, très efficaces en matière de rafraîchissement du tissu urbain.

Dans le PLUi approuvé par les élu·e·s de Rennes, la métropole se fixe d’atteindre 1 000 hectares d’espaces verts à l’horizon 2030, contre 850 hectares en 2019.

Rennes Métropole a développé son coefficient de végétalisation comme un outil qui s’adapte en fonction de la nature des projets et des utilisateurs. L’efficacité de cet outil repose sur la forte synergie entre les différents services de la ville et de la métropole de Rennes (Direction des jardins, de la voirie, des infrastructures, des promoteurs, associations ou encore particuliers).

Budget et financements

La mise en place de cet outil nécessite la mobilisation de moyens humains, notamment un·e Chargé·e d’études Urbanisme et un·e Chargé·e de mission SIG. L’accompagnement des différents services de la villes est également nécessaire.

Difficultés rencontrées

  • Affiner le coefficient de végétalisation au fil du temps pour s’adapter aux politiques de la ville ;
  • S’assurer que le coefficient de végétalisation est appliqué et suivi pour tous les projets ;
  • Intégrer des critères d’introduction systématique de la végétation dans un document d’urbanisme doit s’accompagner de mesures de conservation des zones humides ou agricoles, voire des mesures de compensation.

Pour en savoir plus

Partenaires

Ressources

Crédits

Rennes Métropole, Franck Hamon

Découvrir d'autres projets réalisés