Les Rives du Bief, un projet qui revitalise et rafraîchit la ville de Longvic
Solutions
bleue · douce · verte

Échelle du projet
Quartier

Temporalité du projet
Long terme

Climat actuel
Semi-continental

Climat futur
Méditerranéen

Coût global
2,1 M€

Contact

Philippe Chagnon, Directeur Général des Services, Coordinateur Agenda 2030 Ville de Longvic (philippe.chagnon@ville-longvic.fr)


Porteur du projet

Ville de Longvic


Les Rives du Bief, un projet qui revitalise et rafraîchit la ville de Longvic

Initié en 2008 sur le site d’une ancienne école de deux hectares, le projet d’écoquartier des Rives du Bief s’inscrit dans la démarche de revitalisation d’un quartier prioritaire de la Ville de Longvic. Alors que Bief-du Moulin a été classé en zone urbaine sensible, la Ville décide de lancer la construction de cent nouveaux logements répondant aux normes bioclimatiques aux abords du quartier. Elle adosse à ce projet la requalification d’équipements publics, la réalisation d’un axe vert dédié aux déplacements actifs et la création d’une nouvelle voie de desserte qui permet de désenclaver le quartier. La structuration du projet se fait autour du bois et de l’eau, très appréciés par les habitants en périodes de canicules - de plus en plus récurrentes. Ce projet a également révélé l’existence d’un îlot de chaleur urbain dijonnais responsable d’une différence de température qui atteint « 3°C à 4°C au petit matin » (Météo France, 2014) entre le centre ville et la campagne environnante.

Symbole du renouvellement urbain avec une ville qui se recompose sur elle-même, cet écoquartier propose une nouvelle organisation spatiale de la ville.

Claude DARCIAUX – Députée Maire de Longvic à l’origine de l'ÉcoQuartier des Rives du Bief

Avant le projet

  • En 2008, le quartier de Bief du Moulin est enclavé, peuplé de tours datant des années soixante-dix et classé zone urbaine sensible.
  • Le quartier contribue au phénomène de surchauffe urbaine identifié à Dijon lié à l’absence de végétation et de gestion des eaux.
  • Bief du Moulin est marqué par une absence de cohésion sociale lié en partie au manque d'espaces publics attractifs et de liens avec le reste de la ville.
Avant le projet

Après le projet

  • On observe une réduction de l’ilot de chaleur et une baisse de la pollution atmosphérique grâce aux bienfaits du végétal et à une meilleure gestion des eaux.
  • L’EcoQuartier a permis de fédérer plus d’une centaine de personnes de tous âges et de tous horizons (associations, écoliers, travailleurs, retraités, etc.) dans le cadre d’une démarche participative organisée par la Ville.
  • Le quartier est désenclavé grâce à des “axes verts” et à une passerelle qui offrent une continuité vers le centre-ville.
Après le projet

Solutions réalisées

Végétalisation
Végétalisation

L’écoquartier a occasionné la création d’un hectare de bois et la plantation d’arbres soigneusement sélectionnés (400 arbres, 3700 arbustes, 4600 plantes vivaces). Ces aménagement créés avec l’aide d’un paysagiste répondent à la demande d’ombrage et permettent de restaurer la continuité écologique en créant un véritable réservoir de biodiversité.

Planter un arbre
Planter un arbre
Solution verte
Gestion de l’eau
Gestion de l’eau

L’eau est l’élément phare du quartier. L’installation d’une noue pour récupérer et filtrer les eaux pluviales (avec une capacité de stockage de 700 m3) et de jeux d’eau apportant de l’eau sous sa forme la plus vivante améliore la résilience du quartier face aux risques climatiques. Les espaces pour les enfants ont été soignés et intègrent des jeux d’eau qui, chaque année, remportent un franc succès à l’occasion des beaux jours. 

Jeux d'eau
Jeux d'eau
Solution bleue
Démarche bioclimatique
Démarche bioclimatique

Les nouveaux logements ont été conçus dans une démarche bioclimatique visant une forte performance énergétique et environnementale. 

Calendrier

Des ateliers de concertation avec les habitants de Longvic permettent de mettre en lumière le besoin de nature en ville. 

De 2009 à 2013, le déploiement de cet écoquartier a mêlé différents objectifs : gestion alternative des eaux pluviales, bien-être des habitants, préservation et enrichissement de la biodiversité. 

Entre 2009 et 2010, 400 arbres, 3 700 arbustes et 4 600 plantes vivaces sont plantées donnant naissance au Grand Bois, aux Petit Bois et aux Boqueteaux - les trois espaces arborés de l’écoquartier. 

Les travaux sont finalisés. Avec les ­Rives-du-Bief, Longvic est la première ville de la région Bourgogne-Franche-Comté à obenir le label ÉcoQuartier.

Budget et financements

Le montant total des dépenses pour cet écoquartier s’élève à 2,1 M d’euros, soit environ 110€/m2.
Le projet a été financé par la Ville avec le soutien du Grand Dijon, du Conseil départemental et régional et de l’ANRU.

Difficultés rencontrées

L’entretien de la végétation par les Espaces Verts de la Ville sont à anticiper et à budgéter en amont du projet. 

Pour en savoir plus

Partenaires

Ressources

🔗 L’Observatoire caue, 2023

🔗 Label Ecoquartier, 2019

🔗 Ademe, 2020

Crédits

Sequana Paysage, Cédric Ansart

Découvrir d'autres projets réalisés