Le parc Ouagadougou à Grenoble valorise le parcours de l'eau
Solutions
bleue · douce · verte

Échelle du projet
Quartier · Parc

Temporalité du projet
Long terme

Climat actuel
Semi-continental

Climat futur
Méditerranéen

Coût global
1.6 M€

Contact

Jean-Claude Rebuffet, Responsable du service Espaces Verts, Ville de Grenoble (04.76.76.37.82 ou contact@grenoble.fr)


Porteur du projet

Ville de Grenoble


Objectifs du Développement Durable

Le parc Ouagadougou à Grenoble valorise le parcours de l'eau

Le projet du parc Ouagadougou à Grenoble est un projet ambitieux qui vise à créer un espace vert innovant et prend en compte les enjeux du rafraîchissement urbain. En effet, Grenoble est en première ligne face aux impacts du changement climatique, avec notamment de fortes chaleurs et des risques d'inondations, accentués par la concentration de population et d'activités, la densité du bâti et l'artificialisation des sols. Le parc Ouagadougou propose une gestion raisonnée des eaux pluviales en limitant la dépendance à l'eau potable et les rejets dans le réseau. Il s'agit d'une solution de gestion localisée des eaux de pluie par infiltration, permettant d'éviter la surcharge du réseau d'assainissement et donc le risque d'inondation par ruissellement. Projet exemplaire de co-construction avec les habitants, le parc Ouagadougou permet une gestion des eaux pluviales décloisonnée entre les habitants, les services de la ville et l'intercommunalité.

Le parc met en scène le parcours de l’eau de pluie valorisée pour la création d’espaces et d’ambiances liées à l’eau. Noue, canal planté, rigole d’irrigation, zone humide, fontaine : le parcours de l’eau anime le parc et crée des espaces pédagogiques et ludiques riches d’une végétation de milieux humides.

Site d’ADP Dubois, paysagiste mandataire du projet

Avant le projet

  • La zone était une étendue bétonnée qui accentuait l'effet d'îlot de chaleur urbain.
  • La gestion des eaux pluviales n'était pas optimale, avec un risque de saturation des réseaux d'égouts qui pouvait entraîner des inondations.
  • Il y avait peu d'espaces verts pour offrir des zones de détente et de loisirs, ainsi que pour améliorer la qualité de l'air et de l'environnement.
Avant le projet

Après le projet

  • La réutilisation des eaux pluviales permet de réduire la consommation d'eau potable destinée à l'arrosage et assure la régulation du ruissellement urbain pluvial.
  • La collecte en surface permet l'acheminement des eaux de pluie jusqu'au parc et contribue à en faire un véritable ilot de fraîcheur.
  • Le parc est un lieu apprécié par les habitants et la zone réservoir offre un écosystème diversifié.
Après le projet

Solutions réalisées

Collecte des eaux pluviales
Collecte des eaux pluviales

La collecte des eaux pluviales se fait principalement par le biais de caniveaux en béton installés le long des voies menant vers le parc. Ces caniveaux collectent les eaux de ruissellement de l'allée centrale Essen, des toitures et des cheminements piétons du quartier Teissere, ainsi que les eaux de voirie de la rue Kaunas et du parvis Est du parc. Les eaux collectées sont ensuite acheminées jusqu'à un canal d'irrigation en bordure du parc, précédé d'un regard de décantation. Ce canal d'irrigation se déverse à débit limité dans des rigoles, situées au centre du parc, qui permettent son irrigation grâce à des ouvertures calibrées. En cas de fortes pluies, les eaux excédentaires sont évacuées vers une zone humide réservoir de 800 m², située au point bas du parc, par surverse des rigoles et drainage des jardins (drains agricoles). Une part du volume stocké est évapotranspirée. La capacité d'infiltration du sol étant faible, la zone se vidange in fine à débit limité vers le réseau unitaire, par deux orifices calibrés de 50 mm.

Stockage eau de pluie
Stockage eau de pluie
Solution bleue
Traitement des eaux de voirie
Traitement des eaux de voirie

Le traitement des eaux de voirie est réalisé à travers un massif filtrant planté de roseaux pour éliminer les polluants. Ce massif a une épaisseur de 35 cm et permet de filtrer les eaux de ruissellement des cheminements piétons et les eaux de toiture qui sont considérées comme propres. Les eaux de voiries provenant de la rue Kaunas et du parvis Est du parc sont ainsi collectées et traitées par les canaux plantés, avant de rejoindre le canal qui permet l'irrigation des jardins thématiques du parc. Le traitement par le massif filtrant de roseaux est une technique de traitement naturelle et écologique qui permet de filtrer les polluants contenus dans les eaux de ruissellement. Cette technique de traitement est peu coûteuse à mettre en place et à entretenir et permet de favoriser la biodiversité en créant un milieu favorable à la vie des plantes et des animaux.

Ouvrage paysager de gestion des eaux pluviales
Ouvrage paysager de gestion des eaux pluviales
Solution verte
Irrigation raisonnée
Irrigation raisonnée

L'irrigation est alimentée par les eaux pluviales collectées grâce à un canal qui se déverse à débit limité dans des rigoles, situées au centre du parc, grâce à des ouvertures calibrées. Les eaux pluviales cheminant vers le parc irriguent les quatre jardins thématiques du parc. En cas de forte pluie, le canal à l'air libre recevant les eaux pluviales de la ZAC se reverse, par un système de barbacanes, dans une noue bétonnée qui redistribue l'eau vers les jardins par des petits canaux. En période de temps sec, des vannes en fond du canal permettent d'alimenter manuellement les rigoles. Si nécessaire, les eaux excédentaires sont évacuées vers la zone humide réservoir située au point bas du parc.

Parc et jardin
Parc et jardin
Solution verte

Calendrier

Outre l’innovation technique qu’il présente, le parc Ouagadougou est exemplaire par la place accordée à la concertation, en amont du projet et durant toute sa phase de conception. Les nombreux échanges avec la population ont favorisé l’appropriation du site par les habitants.

À partir d’octobre 2007, la phase 1 du projet, comprenant certains aménagements de la ZAC et le parc est lancée. Les principaux prestataires de l’opération sont ADP Dubois (Paysagiste Mandataire), SINBIO (bureau d'études gestion des eaux pluviales) et E2CA (bureau d'études VRD). En juillet 2008, le parc est mis en service : les principaux équipements et les aménagements sont en place.

Budget et financements

  • Coût de construction du parc : 1.60 M€
  • Coût total incluant le raccordement des eaux pluviales de la Zone d’Aménagement Concerté : 2.70 M€
  • Coût d'entretien annuel : environ 20 000 €, main-d’œuvre comprise
  • Financeurs : Ville de Grenoble et Agence nationale pour la rénovation urbaine

Difficultés rencontrées

  • Le projet a été confronté à une difficulté majeure, à savoir l'absence de dispositifs pour récupérer l'eau de pluie des toitures des logements de la ZAC Teisseire. Cette difficulté, liée à la fois au planning et à la communication, était due au fait que la phase de construction des logements était prévue avant celle du parc. Cependant, grâce au retard pris dans la conception de certains bâtiments, les concepteurs du parc ont pu intégrer les dispositifs de récupération des eaux pluviales dans ces derniers. Malgré cette contrainte, le projet initial a été réalisé de manière fonctionnelle et opérationnelle.
  • Des dégradations ont été observées à la création du parc, avant que ne s’installe un réel respect des lieux. Nous recommandons un travail de communication le plus en amont possible, pour une appropriation plus rapide des lieux.

Pour en savoir plus

Partenaires

  • Paysagiste mandataire - ADP Dubois (contact@adpdubois.com / +33 4 50 68 24 13)
  • Bureau d'études gestion des eaux pluviales - SINBIO (formulaire de contact / +33 3 88 85 17 94)
  • Bureau d'études VRD - E2CA (e2ca@2jpc.com / +33 4 72 27 46 46)

Ressources

🔗 Consulter la fiche Ademe dédiée à ce projet

🔗 Consulter la fiche du Graie dédiée à ce projet

🔗 Consulter la fiche issue du SCoT de la grande région de Grenoble dédiée à ce projet

🔗 Consulter le site d’ADP Dubois

Crédits

Ville de Grenoble, ADP Dubois

Découvrir d'autres projets réalisés